carnets-photo

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

technologies

Un futur type de scanner ?


Un futur type de scanner ?


Rien ne nous permet - pour le moment - d'affirmer qu'il verra le jour étant donné le déclin de l'argentique, même si des millions de documents mériteraient de se voir numérisés.

Quelle est la situation actuelle pour un amateur ?

 

  • Des scanners "film" majoritairement dédiés au 135 (24*36) fort utilisé ces quarante dernières années;

Avec la fin des versions Minolta, les machines de chez Nikon tiennent le haut du pavé, en attendant de disparaitre à leur tour faute de combattants avec pour rares concurrents des scanners loin de faire mieux en dmax et souvent dépourvus de cet "ICE" parfois décrié mais quasi indispensable à beaucoup de scanneurs amateurs.

 

  • Leur(s) coûteux cousin(s) acceptant également le moyen format;

Hors de prix, ce Ls9000 pas vraiment "rapide" et exigeant des passe-vue à verre pour sortir du bon travail. Seulement voilà si la planéité du film en bénéficie largement, c'est le retour de la poussière et de la diffraction.

 

  • Les "bons à tout faire" que sont les mixtes, lesquels digèrent les formats les plus divers pour le meilleur comme pour le pire;

Sachant quand même que la surface de rétro-éclairage de certains modèles, limite leurs possibilités. Et en plus cette foutue vitre si accueillante aux poussières et dont l'effet de diffraction divise par deux la résolution annoncée. L'ICE quand il est présent est lent et peu efficace. Par contre la numérisation par "lots" est sur toutes ces machines : ~ 24 negas ou 12 diapos au maximum selon les modèles.

Passons sur les engins pour "pros" hors de prix, aux performances dignes de l'édition, mais qui semblent également destinés à disparaitre à plus ou moins long terme. Ce serait le cas de ceux à "tambour" encore maintenus mais plus fabriqués.


Qu'attendre d'éventuelles nouvelles machines ?

- Une analyse plus rapide, encore que le Coolscan 5000 qui joue déjà  à cet égard  dans la cour des grands;


- Une meilleure dmax... ça doit être possible;


- De "véritables" fichiers RAW permettant - comme leurs cousins des APN - la reprise sans pertes de la plupart des paramètres;


- Le traitement des moyens et grands formats sans vitre de support;


Et si pour remplacer ces machines la solution était....

Un système "repro" re-photographiant l'image, car après tout à quelques nuances près c'est ce que fait le scanner: une photo de photo. Evidement, côté optique il nous faudrait du super-performant, avec un capteur de haute résolution et capable de travailler en très faible contraste, le tout sur un boitier pilotable en live depuis le mac ou le pc ... ce n'est plus un rêve... voir ces exemples ici et .

Pour le moment, quelques essais encourageants sont présentés par les "forumeurs" mais les limites des actuels capteurs sont encore un peu juste pour tirer le "jus" maximum d'un film qui peut monter à 3000 dpi et + en résolution, de même qu'il faudrait penser une boite à lumière dotée d'un flash et de dispositifs de maintien pour les films en bande. Mais tout ceci ne me semble pas impossible, d'autant que le boitier pourrait parfaitement reprendre - entre deux séances - son autonomie... en tant qu'appareil à faire des photos... tout simplement.
 

avec quoi voulez-vous faire vos photos ?

minidisk Vous voulez un APN ? un Camera-phone ? un Argentique ? Presque tout le monde se tourne désormais vers les pixels, même si - sauf à dépenser beaucoup d'argent - les résultats ne sont pas toujours comparables à ceux du film. En fonction des usages attendus, la situation n'est pas forcément catastrophique même si le rapport qualité-prix du matériel, et surtout sa solidité, n'ont plus rien à voir avec la génération précédente.

Le fin du fin - histoire d'agraver encore le côté qualitatif - arrive le Camera-phone ou photophone selon certaines appellations. Sorte de bonne à tout faire, puisque partant d'une simple machine à téléphoner, on a désormais la possibilité de faire des photos, de filmer son petit dernier, écouter de la musique et bientôt regarder la télévision. Depuis peu on peut même filmer en douce nos politiques et amuser la galerie en postant leurs frasques sur youtube ou autre. On a ainsi plusieurs instruments sous la main, en principe en permanence, et le regret parfois de n'avoir "pas pensé de prendre mon appareil" devrait un jour appartenir au passé.

Durant l'année 2006 ce sont plus de 6 millions de ces machines hybrides qui ont été vendues, dépassant - vu sous l'angle photographique - les compacts qui eux, piétinent aux alentours de 4 millions d'unités pour la même période. L' iPhone arrivé en fin 2007 devrait faire exploser le principe. Quand aux boitiers argentiques, leurs ventes ont baissé (sans surprise à vraie dire) de près de 80% en trois ans.

Il est incontestablement sympa de pouvoir regarder ses images dès la prise de vue, et de faire des économies sur les films et leurs traitements. De plus le numérique permet des manipulations impensables auparavant, pour peu que l'on soit équipé d'un ordinateur et de logiciels performants. Vu sous cet angle le modèle économique est tout de même à relativiser, mais au moins on s'amuse ! A condition d'être motivé à mettre la main à ces choses-là. C'est la fin programmée du lourd attirail à trimballer en excursion et de la boite à chaussures située en haut à gauche dans le placard de l'entrée ou dans le grenier de grand-mère.

L'agentique lui, nous donnait plus ou moins 30 millions de pixels !! Chiffre à modèrer sérieusement puisque c'est le résultat d'une bonne numérisation, mais qui intègre forcément les "vides" entre les grains d'argent en suspension dans la gélatine. Car si les photosites d'un capteur sont allignés "au carré" il n'en est pas de même de la structure d'un film. Quitte à radoter, n'oublions pas qu'un scan est une "photo de photo" alors qu'un capteur contribue à "créer" une photo. Auparavant peu de gens dépassaient le 10x15 en tirages, parfois jusqu'au A4, rarement au-delà. Simplement il en restait assez sous le pied pour éventuellement faire plus. Mais en fait aujourd'hui on peut faire tirer d'excellents 30*40 avec un 8 ou 10 Mpx pour peu que l'optique placée devant le capteur soit de bonne qualité.

Par contre l'engouement pour les actuels 640*480 des Camera-phones n'est pas encore du domaine de la photographie mais relève d'avantage d'une mode imposée par les fabriquants. Mais ces petites boites vont faire rapidement des progrès, on en trouve montant jusqu'à 5 mpx et Samsung nous annonce déjà du 10 megas et là je commence à être intéressé... comme bloc-notes. Bien que, 6 mpx me suffirait largement avec ce type de matériel dont les mini-objectifs ne pourront faire de miracles. Enfin !! on va pouvoir prendre des seins nus sur les plages sans trop se faire remarquer ;-)

 

 


Page 2 sur 2
image aléatoire
boulangerieG10.jpg