carnets-photo

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home humeurs et technologies technologies Un futur type de scanner ?

Un futur type de scanner ?


Un futur type de scanner ?


Rien ne nous permet - pour le moment - d'affirmer qu'il verra le jour étant donné le déclin de l'argentique, même si des millions de documents mériteraient de se voir numérisés.

Quelle est la situation actuelle pour un amateur ?

 

  • Des scanners "film" majoritairement dédiés au 135 (24*36) fort utilisé ces quarante dernières années;

Avec la fin des versions Minolta, les machines de chez Nikon tiennent le haut du pavé, en attendant de disparaitre à leur tour faute de combattants avec pour rares concurrents des scanners loin de faire mieux en dmax et souvent dépourvus de cet "ICE" parfois décrié mais quasi indispensable à beaucoup de scanneurs amateurs.

 

  • Leur(s) coûteux cousin(s) acceptant également le moyen format;

Hors de prix, ce Ls9000 pas vraiment "rapide" et exigeant des passe-vue à verre pour sortir du bon travail. Seulement voilà si la planéité du film en bénéficie largement, c'est le retour de la poussière et de la diffraction.

 

  • Les "bons à tout faire" que sont les mixtes, lesquels digèrent les formats les plus divers pour le meilleur comme pour le pire;

Sachant quand même que la surface de rétro-éclairage de certains modèles, limite leurs possibilités. Et en plus cette foutue vitre si accueillante aux poussières et dont l'effet de diffraction divise par deux la résolution annoncée. L'ICE quand il est présent est lent et peu efficace. Par contre la numérisation par "lots" est sur toutes ces machines : ~ 24 negas ou 12 diapos au maximum selon les modèles.

Passons sur les engins pour "pros" hors de prix, aux performances dignes de l'édition, mais qui semblent également destinés à disparaitre à plus ou moins long terme. Ce serait le cas de ceux à "tambour" encore maintenus mais plus fabriqués.


Qu'attendre d'éventuelles nouvelles machines ?

- Une analyse plus rapide, encore que le Coolscan 5000 qui joue déjà  à cet égard  dans la cour des grands;


- Une meilleure dmax... ça doit être possible;


- De "véritables" fichiers RAW permettant - comme leurs cousins des APN - la reprise sans pertes de la plupart des paramètres;


- Le traitement des moyens et grands formats sans vitre de support;


Et si pour remplacer ces machines la solution était....

Un système "repro" re-photographiant l'image, car après tout à quelques nuances près c'est ce que fait le scanner: une photo de photo. Evidement, côté optique il nous faudrait du super-performant, avec un capteur de haute résolution et capable de travailler en très faible contraste, le tout sur un boitier pilotable en live depuis le mac ou le pc ... ce n'est plus un rêve... voir ces exemples ici et .

Pour le moment, quelques essais encourageants sont présentés par les "forumeurs" mais les limites des actuels capteurs sont encore un peu juste pour tirer le "jus" maximum d'un film qui peut monter à 3000 dpi et + en résolution, de même qu'il faudrait penser une boite à lumière dotée d'un flash et de dispositifs de maintien pour les films en bande. Mais tout ceci ne me semble pas impossible, d'autant que le boitier pourrait parfaitement reprendre - entre deux séances - son autonomie... en tant qu'appareil à faire des photos... tout simplement.
 
image aléatoire
vigie_lion_nov2009_G10.jpg