carnets-photo

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home

le monochrome (noir & blanc)


L'ancêtre... celui des premiers pas, celui qu'on peut travailler soi-même...

Plaque négatife Le noir est blanc ou monochrome est l'ancêtre de la famille. Enfant de divers pionniers, Nièpce (bitume de judée), Daguerre (sels d'argent) et bien d'autres français suivis par bien des anglo-saxons, il est emblématique de La Photographie, invention finalement attribuée à Nicéphore Nièpce.

A un français donc ?  étonnant que nos amis américains, qui copie beaucoup mais se disent néanmoins inventeurs de tout, nous laissent cet os à ronger sans contestation.

Après divers procédés ayant laissé des traces plus ou moins nombreuses : papiers positifs, négatifs sur papier, plaque de fer (Ferrotype), c'est le gélatino-bromure d'argent que nous rencontrons le plus souvent. De la plaque de verre (Maddox) largement utilisé par les familles dès 1900, au film souple inventé par l'américain George Eastman à partir de 1888, la technique n'a évolué qu'au niveau du support et des procédés de couchage, mais l'image est désormais reproductible.

Là encore les récents "tabular" ont fortement atténué le grain très présent des émulsions rapides, encore que pour beaucoup d'artiste il fasse (ce grain) partie intégrante de l'aspect graphique de leur travail.

plage C'est que ce noir et blanc délaissé du "grand public" et des chaines de traitement apparentées, a fait et fait encore par sa souplesse et sa simplicité le bonheur des passionnés. Et il suffit de comparer l'impression d'un faux noir et blanc issu d'un APN avec un tirage classique pour comprendre. Mais des progrès constants nous font espérer qu'un jour la source numérique nous apportera de bonnes surprises.

Le noir et blanc n'a pas été prévu pour être scanné, et l'excellence du numériseur peut être parfois contre-performante en raison du grain qui est souvent "sec" avec les hautes résolutions. Quand à l'anti-poussières (ICE) il reste à inventer pour ces émulsions gorgées de métal, son homologue Logiciel ayant vraiment trop tendance à faire perdre du détail. Donc, restent un bon nettoyage physique - mais prudent - et le tampon-retouche de votre logiciel préféré.

Marginalement il existe aussi des films dits : Chromo-géniques. Il s'agit en fait de structures couleurs neutralisées pour obtenir des images en niveaux de gris. Le traitement se fait comme pour les négatifs couleurs et avec les même machines, les tirages sortent également des tireuses couleurs avec des neutralités... aléatoires. Mais heureusement aussi sous agrandisseur avec n'importe quel papier noir et blanc. Sur ces films l'anti-poussières ICE est parfaitement efficace.

Les images montrées ici sont tirées d'une série de plaques trouvées sur une brocante. Elles étaient dans leurs boites d'origine marquées respectivement 1930, 1931 et 1932. J'ai donc intitulé cette série "vacances 1930-1932. Elles sont de la région - côte normande - sans qu'il soit possible de préciser le lieu exact. A cette époque ces plages étaient la "Côte d'azur" des parisiens. Les temps ont bien changé, la fréquentation aussi et, moi qui les vois régulièrement, j'ai du mal à refouler un peu de nostalgie.

 
image aléatoire
port_en_bessin.jpg